La neige, qu’on voit danser …

Fous de flocons !
C’est un endroit insolite, pour une expérience insolite.
Bien à l’abri du soleil californien, un professeur de physique du prestigieux California Institut of Technology (CalTech) de Pasadena, a créé une machine à fabriquer des flocons de neige ! Mais pas n’importe quels flocons. Kenneth Librecht expérimente la reproduction identique de flocons de neige. Une expérience un peu folle et poétique, car d’après le proverbe, aucuns flocons ne se ressemblent…

A l’état naturel, ces magnifiques structures éphémères naissent dans ces nuages froids et cotonneux, bien haut, au-dessus de nos têtes.

De la vapeur d’eau s’agglomère autour de microparticules en suspension (poussière, fumée, sable…) et vont cristalliser autour de ce noyau, lorsque la température est suffisamment basse. La structure et l’agencement chimique des molécules d’eau forment des hexagones sur lesquels se développent de fragiles étoiles à six branches. Les flocons s’agglutinent entre eux, et tombent en averse neigeuse.

Notre scientifique, expert en nivologie (étude du phénomène neigeux), doit donc contrôler tous ces paramètres s’il veut arriver à ses fins.

Histoire de l’aider moralement, son collègue astrophysicien, Ethan Siegel, un peu farceur, a calculé qu’un seul flocon possède dix milliards de milliards de molécules d’eau, ce qui donne autant de possibilités d’assemblages, les chances pour que deux flocons soient identiques sont donc quasi-nulles.

Ce n’est pas « Snowflake » qui aurait dit le contraire. De son vrai nom Wilson Bentley, cet agriculteur américain a photographié pendant 40 ans des milliers de flocons de neige. Et aucun des clichés de ses « fleurs de neige » comme il les appelait, ne se ressemblaient.

Pourtant, en 1988, le Guinness des records a validé une photo représentant deux flocons « paraissant » identiques…

Passionnante neige. Ces propriétés acoustiques et isolantes ont poussé un viticulteur français à enfouir pas moins de 1200 bouteilles de vin dans 3 mètres de poudreuse bien grasse, et de laisser vieillir son contenu 5 mois durant, dans le noir absolu, et plutôt frisquet !

Reine des neiges…

Nos ancêtres la vénéraient, et la craignaient.

Au Japon, gare à Yuki Onna, sorte de Dame blanche, qui apparait lors des tempêtes de neige et attaque les malheureux n’ayant pas trouvé refuge…

Dans la tradition Inuit, rêver d’oiseaux est signe annonciateur d’une tempête de neige…

Hawaï aussi a sa déesse des neiges, Poliahu, protégeant le sommeil du Mauna Kea.

Et que dire de Snégourotchka, petite fille du Père noël Russe ?

Même sur Mars elle tombe en furie !

Blanche-neige n’a pas survécu !

Notre sujet ne serait pas tout à fait complet si nous ne parlions pas de Blanche-neige. Fabuleux conte recueillit par les frères Grimm au 19ème siècle et rendu populaire par Disney.

L’histoire d’une belle et douce princesse, d’une méchante belle-mère et de nains travailleurs. Et si…

Nous savons que les frères Grimm n’ont jamais inventé de contes, ils recueillaient des traditions orales, puis les remaniaient afin de les rendre fabuleux (fable). Mais serait-il possible que ces traditions aient une source historique ?

C’est ce que révèleraient les recherches d’historiens allemands, en identifiant les lieux et les personnages du conte.

Ainsi, deux vérités historiques sembleraient avoir servies de base au récit…

Margaretha von Waldeck au 16ème siècle, jeune et belle princesse, fille de Philippe IV. A la mort de sa mère, Margaretha n’a que 4 ans, son père se remarie alors avec Katharina von Hatzfeld et les problèmes commencent. A 16 ans, Margaretha est envoyée à la cour impériale de Bruxelles afin de se trouver un mari. Son voyage la fait traverser le Siebengebrige (les sept collines), truffé de mines de cuivre, exploité à l’époque par une majorité d’enfants (les nains ?). Elle meurt empoisonnée à l’âge de 21 ans.

Au 18ème siècle, c’est une autre princesse allemande, réputée pour sa grande beauté. Maria Sophia Margaretha Catharina d’Ertal subit le despotisme de sa belle-mère au château de Lohr. On y retrouve une vitrerie de réputation internationale (cercueil de verre ?), un miroir (parlant ?) encore visible au château, la fuite de la jeune princesse au travers des forêts et montagnes de la région, des mines, exploitées par des enfants, et une fin tragique, par empoisonnement. La toponymie de nombreux lieux aurait gardé la trace de ces événements.

Fêtes des neiges…

Enfin emmitouflés dans vos polaires, rendez-vous aux festivals de sculptures sur glace et neige d’Harbin, en Chine, immense complexe éphémère de reproductions architecturales grandioses, ou au festival de la neige de Sapporo, au Japon. Ne ratez pas le carnaval de Québec, ou le bal de neige d’Ottawa… et si le temps vous manque, profitez simplement, le temps d’une promenade, du silence feutré du blanc manteau…

« On appelle Œufs à la neige des œufs battus de manière que la mousse ressemble à la neige »
Dictionnaire de l’Académie Française, 1798 .
En voici la recette :



Œufs à la neige

Préparation : 15mn
Cuisson : 30mn

4

Ingrédients 

1L de lait
8 œufs
250 gr de sucre en poudre
1 gousse de vanille
1 à 2 poignées d’amandes effilées

Préparation

Cassez les blancs dans un cul-de-poule et les jaunes dans un autre. Faites bouillir le lait avec 100 gr de sucre et la gousse de vanille ouverte en deux. Montez les blancs bien fermes.
Lorsque le lait frémit, mettez-y les blancs en grosses cuillérées. Faites cuire 1mn de chaque côté, en les retournant à l’aide d’une écumoire. Egouttez et réservez.
Rajoutez 150 gr de sucre dans les jaunes d’œufs, et faites blanchir à l’aide d’un fouet. Versez le lait frémissant sur les jaunes après avoir retiré la gousse de vanille et mélangez jusqu’à obtenir une crème fluide et onctueuse.
Laissez refroidir. Pendant ce temps, faites griller les amandes au four, puis laissez refroidir.
Lorsque la crème Anglaise est bien refroidie, versez dans un plat creux, et ajoutez par-dessus les blancs en neige.
Parsemez d’amandes grillées. Vous pouvez faire un caramel et le verser sur la préparation.

Bon appétit !

Testez et Envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Venise les pieds dans l’eau, bientôt dans le désert !

Pour beaucoup, c’est LA destination romantique par excellence. Avec ses ponts, ses canaux, ses ruelles et ses palais, Venise fascine. C’est la Dolce Vita. Son architecture témoigne de sa richesse passée et de l’habileté de ses marchands. Et quiconque s’empare des Aigles de Rome, hérite de sa puissance ! C’est ainsi, qu’à travers le monde, des répliques de la Cité des Doges sont bâties. La magie attractive de la Cité-Mère s’exporte et se vends bien.

En 1999, de la terre sèche de Las Vegas sort l’hôtel-casino « The Venetian », réplique d’une Venise idéalisée, avec ses canaux et gondoles, importés directement d’Italie. D’une capacité initiale de 3036 chambres, un agrandissement de 1013 chambres supplémentaires, puis d’une expansion avec le « Palazzo » en fera le plus grand hôtel du monde. L’hôtel abrite le musée de cire « Madame Tussaud » de Las Vegas, en plus de nombreux restaurants, plusieurs piscines, d’une boite de nuit et d’un Spa.

En 2004, naît son petit frère, à Macao. Les superlatifs sont toujours de mise. Avec ses 850 tables de jeu et ses 4500 machines à sous, « The Venetian » Macao est le plus grand casino d’Asie !

A Dalian, dans la province du Liaoning, en Chine est créé une réplique de Venise d’une superficie de plus de 400 000 mètres carrés pour un montant d’un milliard de dollars !

On adore Venise ! Les projets se multiplient.

A Dubaï, sera inaugurée en 2020, une Venise flottante, avec des gondoles Italiennes.

Venice, quartier Ouest de Los Angeles. Eblouit lors de son séjour à Venise, le promoteur et homme politique Abbot Kinney, construit en 1906 un parc de loisirs reproduisant les canaux vénitiens, avec gondoles et gondoliers. Le nom du quartier en garde le souvenir.

On ne dénombre pas moins d’une centaine de villes prétendant au titre de Venise locale ou régionale de part le monde. Signe d’une reconnaissance immortelle du charme mystérieux de cette ville plus que millénaire, bâtie sur 118 îles. 435 ponts enjambent 177 canaux, parcourus par 425 gondoles.

C’est un plancher de centaines de milliers de pieux et de planches en chênes ou mélèzes qui supporte la ville éternelle. Mais était-elle réellement éternelle ?

 Venise à jouer sa Pièce, et pendant qu’elle sombre, on copie la Sérénissime.

Un petit air de Carnaval vénitien avec la recette des Frittelle alla Venezia !

Frittelle alla Venezia

Préparation : 20mn
Cuisson : 20mn

6

Ingrédients 

200 gr de farine
20 cl de lait
50 gr de raisins secs
10 gr de levure de bière
50 gr de sucre semoule
1 œuf
1 pincée de sel
Sucre glace
Rhum
Huile de friture

Préparation

Dans un bol, hydratez les raisins dans de l’eau chaude. Ajoutez un peu de Rhum. Laissez gonfler et égouttez les raisins.
Dans un récipient, mélangez la farine avec l’œuf, le sel, le sucre semoule et les raisins.
Diluez la levure avec la moitié du lait chauffé, puis l’incorporer à la pâte.
Pétrissez avec le reste du lait froid.
Couvrez et laissez lever 1h dans un endroit chaud.
Faites chauffer l’huile de friture.
A l’aide d’une cuillère à soupe, faites frire des boules de pâte.
Sortez-les lorsqu’elles ont une belle couleur dorée.
Disposez-les sur du papier absorbant et saupoudrez-les encore chauds de sucre glace.

Buon appetito !

Testez et Envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Et si… La chute du mur de Cölln…

Berlin, la Flamande…

Aux 12èmes siècles, après ses conquêtes sur les peuplades Slaves, Albert 1er dit « l’Ours » organise son territoire nouvellement acquis en « Marche de Brandebourg ». Il lui faut désormais coloniser ses terres, au peuplement épars et païen. Il décide donc pour ce faire, de recruter les futurs chanceux parmi la population Flamande. Rompus au commerce et à l’agriculture, ces derniers vont s’établir progressivement dans la région de la rivière Spree. Certains vont s’installer sur une petite île en se mêlant aux pêcheurs Slaves. L’endroit n’est pas choisi au hasard, il se trouve à la croisée de routes commerciales, facilement défendable et propice au commerce de poisson, de fourrure et de bois. L’île se nomme « Cölnn ». Très vite, le manque de place oblige ses habitants à construire sur la rive Nord de la Spree. Cette extension de Cölnn va en fait devenir une entité à part sous le nom de Berlin.
La 1ère mention de Berlin est attestée en 1244.
Commence alors un fulgurant développement pour les deux cités jumelles. Intimement lié à la maison des Hohenzollern, Berlin va fusionner avec Cölnn en 1709 pour ne former qu’une seule et même ville. Cette dynamique de fusion et d’absorption des cités proches se retrouve aujourd’hui dans les différents quartiers de la Capitale Allemande, autrefois villes distinctes.
Tour à tour Capitale du Brandebourg, du Royaume de Prusse, de l’Empire Allemand…elle subit les soubresauts de l’histoire du 20ème siècle pour devenir en 1990, la capitale d’une Allemagne réunifiée.

Et pourtant, son histoire à bien faillit prendre une tournure moins glorieuse. Au 17ème siècle, à la fin de la guerre de Trente ans, la ville est exsangue et a perdu plus de la moitié de sa population. Un acte tragique et un homme vont redonner une chance à la cité.
Cet acte tragique, c’est la révocation de l’Edit de Nantes en France par Louis XIV, obligeant les protestants Français à se convertir au Catholicisme ou à quitter le Royaume. L’homme, c’est Fréderic-Guillaume 1er, électeur de Brandebourg et Duc de Prusse, qui voit là une occasion unique de repeupler son territoire dévasté, et en particulier sa Capitale. Onze jours après l’Edit de Fontainebleau qui abolit les libertés et privilèges des Protestants du Royaume de France, Fréderic-Guillaume proclame l’Edit de Postdam dans lequel il offre un sauf-conduit et des avantages à l’installation des Protestants Français qui souhaiteraient venir vivre sur ses terres.
Plus de vingt mille Huguenots (nom donné aux Protestants Français) vont répondre à l’invitation, dont 6000 vont s’installer dans la Capitale berlinoise. Cet afflux de population hautement qualifiée va redonner une impulsion à la ville. Les Huguenots Français vont d’ailleurs laisser leur empreinte dans l’architecture de la cité avec la Cathédrale Française et son cimetière.
Berlin va pouvoir reprendre son développement dans un bouillonnement culturel et artistique…

Berlin la Bourbeuse…

Avant que les habitants de Cölnn ne s’établissent sur la rive Nord et posent les fondations de la future Capitale Allemande, le site, marécageux, était désigné par la population Slave sous le nom de « Berlo », désignant un emplacement bourbeux.
L’étymologie populaire fait de Berlin, la ville de l’ours « bär » et expliquerait ainsi l’emblème de la ville, un ours noir sur fond blanc. Celle-ci doit être plutôt recherchée dans sa première apparition, sur le sceau d’un marchand de fourrure…d’Ours !

En 1949, une restauratrice Berlinoise, va combiner les influences Américaines, Allemandes et Anglaises présentes dans le Berlin d’après-guerre, en créant la Currywurst. La saucisse est Allemande, le ketchup Américain, le curry et la sauce Worcestershire Anglaise. Devenue depuis emblématique de la restauration rapide de Berlin, chaque snack possède sa propre recette, mais les ingrédients principaux restent les mêmes.
En voici une recette, soyez inventif si vous voulez la personnaliser…

Currywurst Berlinoise

Préparation : 15mn
Cuisson : 5 mn

4

Ingrédients 

4 saucisses (Bratwurst, mais la Francfort ou Knack fera l’affaire)
200 ml de ketchup
200 ml de pulpe de tomate
2 cuillères à café de curry en poudre + à saupoudrer
2 cuillères à soupe de sauce Worcestershire
1 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 oignon
1 cuillère à soupe de sucre
1 cuillère à soupe de concentré de tomate
Sel, poivre

Préparation

Epluchez et émincez l’oignon.
Faites-le dorer quelques minutes dans une poêle avec le concentré de tomate et le curry.
Ajoutez la pulpe de tomate, la sauce Worcestershire, le sucre et le ketchup. Laissez mijotez à feu doux une dizaine de minutes.
Rajoutez de l’eau si la sauce est trop épaisse.
Mixez-la afin d’obtenir une sauce lisse et onctueuse. Laissez tiédir.
Faites griller les saucisses à la poêle. Coupez-les. Dans une assiette ou contenant en carton ou plastique, disposez les morceaux de saucisse, nappez généreusement de sauce au Curry.

Accompagnez de frites et saupoudrez d’un peu de Curry. Dégustez

Testez et Envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

On se cultive

« Le saviez-vous ? »

Lorsque la trêve des confiseurs fut remplacée par la trêve des libertés!

Le mot « trêve » vient de l’ancien Francique « treuwa », et signifie « fidélité ».
Un âge du mot où la parole donnée à un accord suffisait, car elle était sacrée!
Combien de trêves aujourd’hui respectent encore la parole donnée?


« Le saviez-vous ? »

Une rixe au Moyen-Age

Voyage au cœur d’un fait divers moyenâgeux, d’un petit village de la région Parisienne, Etrechy…


« Le saviez-vous ? »

Miss France, ou les six millions de la Bégum…

« Je n’ai que 17 ans, dites-moi si je dois traverser la France pour courir ma chance. ». C’est ainsi qu’Agnès Souret présente sa candidature, et gagne, en 1920, la première édition du concours de beauté de « la plus belle femme de France » (futur Miss France) !


« Le saviez-vous ? »

Vendredi 13, les assurances ne se
trompent pas !

Etes-vous paraskevidékatriaphobique ? si oui, vous pensez donc que le vendredi 13 porte malheur et vous êtes atteint de cette étrange phobie…

Mais d’où vient cette superstition ?


« Le saviez-vous ? »

Le Calendrier de l’Avent

Que de chemin parcourut….
L’origine du calendrier de l’Avent se situe en Allemagne, au 19ème siècle. Il est destiné à faire patienter les enfants jusqu’à l’Avènement (d’où l’Avent) de la naissance du « petit Jésus », à Noël.


Zeppelin Hindenburg

« Le saviez-vous ? »

Un Prussien chez les Yankees !

En 1863, l’Amérique se déchire dans une guerre civile qui dure depuis deux ans. Un officier Prussien suit l’Armée du Potomac en qualité d’observateur.

Fasciné par l’utilisation des ballons de reconnaissances militaires, il effectue, le 19 août 1863, sa première ascension en aérostat au-dessus de la ville de Saint-Paul. Son nom ? Ferdinand Von Zeppelin ! Et c’est le début d’une passion qui ne le quittera plus…


« Le saviez-vous ? »

L’instant T.
La fin de « la der des der »

Portes flambeaux des oubliés, ces anonymes, érigés en symbole, sont devenus célèbres dans l’annonce d’une paix tant attendue.


« Le saviez-vous ? »

D’étranges phénomènes précurseurs de tremblement de terre…
L’homme rentre chez lui, quand tout à coup, une énorme boule lumineuse sort de la route pavée et reste suspendue devant lui. Un terrible bruit souterrain le fait vaciller, et l’apparition disparait…quelques secondes plus tard, la terre tremble !

Un verre de vin bien râpeux…

Une soirée entre amis, votre hôte ouvre la bouteille de vin que vous avez ramenée et remplit les verres. Première gorgée, votre vin est âpre, Il râpe dans la bouche. Bon sang ! Que vont dire les autres invités ? Embêtant non ? Surtout si vous avez payé la bouteille assez chère. Mais alors, d’où vient cette astringence ? A défaut d’avoir une autre bouteille, vous pourrez au moins l’expliquer en disant que vous l’avez fait exprès pour pouvoir parler… du Tanin !

Car c’est lui, le coupable ! Tout au moins coupable dans ce cas d’astringence un peu trop prononcée, car en règle générale, le tanin est plutôt l’allié du vin. Il en est même un ingrédient indispensable. C’est lui qui va lui donner du caractère, du corps. Sa teneur varie en fonction du cépage et de la maturité du vin, car plus le vin vieillit, plus la rugosité des tanins s’estompent.

« Mais où trouvent-t-on les tanins ? Quasiment partout dans le monde végétal. C’est une substance chimique que les végétaux produisent pour se protéger des attaques extérieures. Surtout concentrés dans l’écorce des arbres. Pour ce qui concerne le vin, on le trouve dans la peau du raisin et ses pépins. En moindre quantités dans le bois des tonneaux qui servent à l’élevage du vin.

Trop prononcé, le tanin va dénaturer la fonction lubrifiante de notre salive et provoquer cette sensation de sécheresse buccale.

On retrouve cette sensation dans le thé, surtout lorsqu’il infuse longtemps. »

Aller, on enfonce le clou plus loin pour faire oublier votre bouteille de rouge râpeux, (et oui, parce que le tanin ne se trouve que dans le vin rouge, le moût restant au contact des peaux et des pépins plus longtemps, comparé au vin blanc) …

Vous levez fièrement votre stylo. « Savez-vous que l’on a utilisé le tanin végétal pour faire de l’encre, depuis l’Egypte antique, jusqu’au 19ème siècle ? c’était même le plus utilisé au monde, devant l’encre de Chine !  Et oui, mélangé à des Sels ferreux, la réaction chimique des tanins donne une encre noire, fluide et agréable à l’utilisation, celle utilisée dans les manuscrits enluminés du Moyen-âge ! »

Ça y est, vos amis ont votre attention, le problème, c’est qu’ils reprendraient bien un verre…

« Et attendez ! L’utilisation la plus intensive du tanin à été dans le Tannage des peaux à cuirs. D’ailleurs, le tanin a donné son nom à cette activité. On connaissait ses propriétés depuis des milliers d’années. Même le mot Tanin viendrait du Gaulois « Tanno », chêne, arbre reconnu pour sa haute teneur en tanin. 

C’est comme cela qu’à côté des moulins à blé sont nés les moulins à Tan. Après avoir prélevé l’écorce de l’arbre, on la broyait au moulin à Tan. La poudre brune-orangée doit être alors utilisée rapidement car elle reste fragile et perd vite ses qualités. »

Les toasts arrivent. Vos amis assoiffés, boivent en grimaçant quelques gorgées de vin. C’est le moment de parler de votre voyage au Québec…

« Je me souviens de mon séjour à Montréal, une exposition y racontait l’histoire et l’évolution des tannerie en Nouvelle-France. Le processus de tannage des peaux est long et fastidieux ! la grande majorité des tanneries doivent se trouver à proximité d’un point d’eau, car les peaux trempent de longs mois dans des cuves, superposées entre des couches de tanins, elles sont rincées et remises à tremper, ceci plusieurs fois ! L’odeur et l’humidité y étaient particulièrement désagréables.

Plusieurs métiers y prospéraient. Les écorceurs s’occupent de prélever l’écorce des arbres, le meunier broie l’écorce, le boucher prélève les peaux, le tanneur puis le cordonnier qui fabrique les produits finis, chaussures et maroquinerie.

La tannerie a d’ailleurs été l’activité principale du Québec pendant de nombreuses années, même sous la souveraineté anglaise. Ceci au détriment de la quasi-disparition d’un type de conifère utilisé à la place du chêne européen, la Pruche du Canada. »

Finalement, la bouteille de vin est vidée. C’est la tournée des petits fours. Vous vous en êtes bien sortis…mais vos amis ne l’entendent pas de cette oreille, ils veulent vous entendre encore !

Une goutte rubis tombe sur le canapé écru, la tache de vin inspire immédiatement votre transition.

« Une autre utilisation du tanin a connue son apogée au 19ème et 20ème siècle, la teinture ! C’est le même principe chimique que l’encre noire. La réaction du tanin avec des éléments ferreux va produire différentes teintes.

Et voilà que l’industrie de la teinture va ingurgitée des tonnes de tanin, et des milliers d’hectares de châtaigneraies avec ! »

Le café est servi, le digestif aussi, plusieurs fois. On rit, on s’enflamme, vous aussi…

« Le tanin c’est tabou, on en viendra tous à bout !  
Car, chers amis, on a découvert, en ce début du 19ème siècle, que le châtaignier possède une plus forte concentration de tanin que le traditionnel chêne. Et la France à cette époque, possède de nombreux massifs de châtaigneraies. L’industrie de la teinture va alors profiter de cette Manne extraordinaire et faire construire de nombreux moulins à extrait tannants.

Au 19ème siècle, la couleur noire impériale est alors à la mode, et la demande est forte. Un teinturier de Lyon va alors progressivement s’imposer dans le secteur en contrôlant la production d’extraits tannants. Il crée l’entreprise Progil, puis au fil du temps et des générations, la société deviendra co-fondatrice du groupe « Rhône-Poulenc » et digérée par lui.

Entre la teinture et le tannage des cuirs, des régions entières vont se déboiser lentement. La région de Bastia, en Corse, sera quasiment dépouillée de ses châtaigniers, de même dans le Limousin, et la partie orientale de la Bretagne.

La France devient alors incontournable dans l’industrie des extraits tannants, toujours à la base du traitement des cuirs et de la teinture.

Une autre avancée technologique va être, elle aussi, consommatrice de tanin. Le train ! les chaudières des Locomotives sont détartrées avec un mélange de tanin et d’autre composés. Ce qui explique que les chemins de fer Français vont mettre à disposition leur réseau naissant de voies ferrées pour l’industrie des tanins.

La production de tanins synthétiques va précipiter « la chute de l’Empire Tanin » ! 

Applaudis par vos amis, vous n’êtes pas peu fier de votre chute. La soirée se terminera doucement, après la traditionnelle partie de Tarot.

Après une bonne nuit de sommeil, vous vous réveillez de bonne heure, vers 13h. Encore tanné de la veille, vous avez besoin d’un bon plat roboratif. Cette histoire de tanin vous inspire, ce soir, ce sera un Bœuf Bourguignon !

Bœuf Bourguignon

Préparation : 20mn
Cuisson : 3 à 4h

4

Ingrédients 

800 gr de bœuf à Bourguignon
100 gr de lardons
75 cl de vin rouge (Bourgogne)
50 gr de beurre
250 gr de champignons de Paris
2 carottes
2 oignons
1 gousses d’ail
1 cuillère à soupe de farine
1 Bouquet garni
Huile d’olive
Sel, poivre

Préparation

Coupez le bœuf en morceaux.
Dans une cocotte, faites revenir les oignons et les lardons avec le beurre et un peu d’huile d’olive.
Retirez et faites revenir la viande dans la même graisse. Saupoudrez avec la farine et enrobez bien la viande. Mouillez avec le vin.
Ajoutez les oignons, les lardons, les carottes épluchées et coupées en morceaux et l’ail écrasé.
Salez, poivrez et ajoutez-y le bouquet garni.
Couvrez et laissez mijoter à feu doux pendant 3 heures environ, la viande doit être fondante. 30 minutes avant la fin de la cuisson, ajoutez les champignons coupés en quart.
A dévorer avec un bon vin, pas trop âpre…

Testez et Envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Super-Carotte, héroïne méconnue de la bataille d’Angleterre !

Dans le ciel étoilé, une escadrille de bombardiers Allemands s’apprête à déchainer une pluie de feu sur le sol Anglais. Nous sommes en 1941 lors de la « Bataille d’Angleterre ». Soudain, une dizaine de chasseurs Anglais, des Spitfires, zèbrent la nuit de leurs rafales mortelles. Scheisse ! Mais comment font-ils pour repérer l’ennemi dans la nuit ?

Leur secret ? une arme redoutable aux pouvoirs stupéfiants : la Carotte !

Placardé sur des panneaux de bois, des affiches l’affirment, les pilotes Anglais obtiennent cette supériorité en mangeant des carottes, excellent pour la vue !! On incite même la population à cultiver ce légume, facile à faire pousser.

Comme on le sait tous, découragés devant tant de Bêta-Carotène, les Allemands finiront par renoncer à l’idée d’envahir Albion et ses blanches falaises.

Certains rabat-joie affirment de leur côté que les services de propagande Anglais devaient sans cesse trouver des subterfuges pour cacher aux Allemands l’utilisation de radars embarqués dans les chasseurs de sa majesté…d’autres expliquent que, concernant la technologie du radar, les Allemands avaient une longueur d’avance, et que la victoire Anglaise était due davantage au projet Britannique « Ultra » qui consistait à intercepter et décoder les communications Allemandes, et ainsi anticiper leurs attaques.

Que nenni ! Autant de billevesées ne peuvent ternir notre sucrée carotte !

D’autant que notre Super légume-racine n’en est pas à sa première prouesse.

Née il y a des milliers d’années, à la frontière Irano-Afghane, elle va être cultivée et utilisée d’abord comme épice. Elle va lentement se différencier du Panais mais reste fibreuse et amère. Voyageant vers l’Est, mais aussi vers l’Ouest, elle va diversifier sa couleur originelle blanchâtre en rouge, violette ou jaune.

Au cours de ses pérégrinations, nous la retrouvons chez nos amis Anglais, au Moyen-âge, qui l’utilise comme ingrédient principal dans une potion luttant contre le Diable et la folie…Brrr !

Au 16ème siècle aux Pays-Bas, afin de prouver leur fidélité au Prince régnant Guillaume d’Orange, des cultivateurs vont sélectionner et croiser des carottes rouges et blanches afin d’obtenir la carotte orange que nous connaissons aujourd’hui.

Elle va pouvoir partir à la conquête du monde !

Oh grands admirateurs de la Carotte ! Rassemblons-nous à Holtville, Californie. Autoproclamée capitale de la Carotte, un festival annuel lui est consacrée. Nous pourrons y déguster une bonne bière artisanale…à la carotte (et oui…), et peut-être échanger d’alchimiques secrets afin de battre les records authentifiés par le Guinness :

10,17 kg. Poids de la plus grosse carotte jamais récoltée, enregistrée au Minnesota.

Et une fois de plus, nous recroisons la route Anglaise avec le record de la plus longue carotte, d’une taille plus que respectable de 6,245 mètres, cultivée dans le Nottinghamshire. Aurions-nous mis à jour le secret du célèbre flegme British ?

La carotte, ne faisant rien comme les autres légumes, est plus nutritive et plus digeste cuite que crue. Et pour les Aficionados de « baby carotte », sachez qu’il ne s’agit pas de bébés carotte, récoltées avant terme, ou d’une variété naine. Non, non, il s’agit tout simplement d’une stratégie marketing qui consiste à modeler des carottes qui, à l’origine, ne répondaient pas aux critères physiques de vente.

Alors, crue ou cuite, rouge, orange, jaune ou violette, faites comme les pilotes Anglais, pour avoir une vue perçante et les fesses roses, mangez des Carottes !

La carotte a cette faculté d’être cuisinée de multiples façons, crue, cuites, à la vapeur, en gratin, en purée…
Voici une recette proposée par une de nos lectrices : Tarte à la Carotte et Parmigiano.
En accompagnement, une proposition de carottes miel-cumin en salade.

Tarte à la Carotte et Parmigiano

undefined

Recette proposée par Amélie

Préparation : 10mn
Cuisson : 30 à 40mn

6

Ingrédients 
5 à 6 carottes
150 gr de parmesan frais
15 cl de crème liquide semi-épaisse
2 œufs
1 pâte brisée
Muscade
Sel, poivre

Préparation
Préchauffez le four à 180°c.
Lavez, épluchez et mixez les carottes.
Foncez un moule à tarte préalablement beurré avec la pâte brisée.
Dans un récipient, mélangez tous les ingrédients avec les carottes et versez dans le moule.
Enfournez pour 30-40 minutes.
Coupez de belles parts, servies avec une bonne salade fraiche…

Carottes Miel-Cumin en salade

Préparation : 10mn
Cuisson : 20mn
6

Ingrédients 
5 carottes
2 gousses d’ail
1 cuillère à soupe de miel
1 cuillère à café de cumin
1 citronHuile d’olive
Coriandre fraiche
Sel, poivre
Salade (laitue, romaine,…)

Préparation
Epluchez les carottes.
Les faires cuire dans une casserole avec 50 cl d’eau salée pendant 20 minutes. Egouttez et coupez-les en rondelles épaisses.
Dans une sauteuse, faites revenir les carottes avec l’huile d’olive, l’ail écrasé et le miel.
Ajoutez le jus du citron. Faites caraméliser les carottes, elles doivent être légèrement croquantes.
Salez, poivrez et saupoudrez de cumin.
Laissez refroidir et parsemez de coriandre fraiche.
Disposez sur un lit de salade. Dégustez…

Testez et Envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Gardez le cap, créez votre Bucket List.

Avant tout, savez-vous ce qu’est une Bucket List ?
Voici un terme Anglo-saxon qui signifie littéralement « la liste du seau ».
En fait, elle fait référence au seau sur lequel de pauvres malheureux montaient pour se pendre. Une fois la corde passée autour du cou, il ne restait plus qu’à donner un coup de pieds dans le seau pour abréger son existence.

Au fil du temps, l’expression désigna tout simplement le fait de mourir. La Bucket List devient donc la liste de ce que l’on voudrait accomplir de son vivant, une liste de la vie.

Une multitude de Liste sont apparues sur le net, certaines farfelues, d’autres simples et émouvantes. En vogue il y a quelques années, l’effet de mode c’est tari au fil du temps. Pourtant, selon ce que l’on souhaite en faire, il peut s’agir d’un jeu ludique et poétique, ou d’un outil d’introspection, de remise en cause, d’analyse de soi, de nos valeurs et de ce qui a réellement de l’importance pour nous.

Pendant des années, Bronnie Ware, une infirmière Australienne en soins palliatifs a recueilli les réflexions et les regrets des patients en phase terminale qu’elle a accompagnés. Elle en a ressorti cinq principaux regrets récurrents qu’elle expose dans son livre « les cinq regrets des personnes en fin de vie » :

  • Ne pas avoir eu le courage de vivre la vie que l’on souhaitait.
  • Regretter d’avoir trop travaillé au détriment de sa famille.
  • Ne pas avoir eu le courage d’exprimer ses sentiments.
  • Ne pas être resté en contact avec ses amis ou sa famille.
  • Ne pas s’être autorisé à être plus heureux.

La Bucket list n’est pas magique ni miraculeuse. Elle n’est pas non plus gravée dans la roche, elle évolue dans le temps. Elle peut simplement être un moment pour soi, une promesse, un cap, une méditation le temps d’un souffle…
Alors, osons rêver !

Apprendre le Tango à Buenos Aires, visiter la Grande Muraille de Chine, écrire un livre, s’asseoir dans l’herbe humide, regarder un coucher de soleil, voir des animaux dans les nuages, regarder des fourmis s’affairer, vivre comme un Robinson sur une île du Pacifique, dîner à bord de l’Orient-express, visiter Baalbek, regarder un film d’horreur dans une maison hantée, jouer aux cowboys et aux indiens, méditer dans un monastère, marcher sur la Lune pieds nus, apprendre à jouer aux échecs…….

La réflexion à sa Bucket list est un moment zen, calme. C’est pourquoi nous avons choisi une recette de sandwich aux inspiration Asiatiques. Un sandwich c’est pratique, on peut manger en marchant, devant la télé, en pic-nic. La recette appelle au voyage. Nous y avons rajouté une boisson réconfortante, car l’important est de se faire plaisir.

Sandwich au poulet mijoté au Saké et légumes de saison à la coco.

Préparation : 15mn
Cuisson : 30mn

1 à 2

Ingrédients – pour le poulet
1 filet de poulet
3 cuillères à soupe de saké
3 cuillères à soupe de sauce soja
3 cuillères à soupe de vinaigre de riz
1 cuillères à soupe de cassonade
20 cl d’eau

Ingrédients  pour les légumes 
½ courge Butternut
½ chou-fleur
Coriandre
Menthe
Cacahuètes ou noix de cajou
Huile d’olive
Sel, poivre

Ingrédients  pour la vinaigrette au coco et citron vert   
2 cuillères à soupe d’eau de coco
2 cuillères à soupe de jus de citron vert
1 cuillères à soupe de sauce soja
1 cuillères à soupe de cassonade
1 cuillères à soupe d’huile de sésame ou d’arachide
½ piment rouge haché
1 cuillères à soupe de coriandre fraiche hachée

Préparation du poulet
Découpez le filet de poulet en morceaux.
Disposez-le dans une casserole avec l’eau et faire cuire sous feu doux.
Ajoutez le Saké, la sauce soja, le vinaigre de riz et la cassonade.
Couvrez et laissez cuire doucement pendant 15-20 minutes.
Découvrez et laissez évaporer un peu les liquides sans faire brûler le poulet.

Préparation des légumes
Préchauffez votre four à 220°c.
Découpez en tranches la courge et le chou-fleur.
Badigeonnez d’huile, parsemez de coriandre et de menthe, salez, poivrez.
Mettez à rôtir au four pendant 30 minutes.

Pendant ce temps, mélangez les ingrédients de la vinaigrette.

Montage du sandwich
Une fois bien rôtis, badigeonnez les légumes de vinaigrette.
Sur une tranche de pain (complet ou au sésame), disposez les légumes puis le poulet. Parsemez de cacahuètes ou de cajou si vous avez.
Refermez votre sandwich avec la deuxième tranche.

Lait Tatin

Préparation : 10mn
1 à 2

Ingrédients 
200 ml de lait d’amande
80 gr de flocons d’avoine
4 belles pommes
1 cuillère à soupe de cassonnade
2 cuillères à soupe de beurre
1 yaourt grec ou 2 cuillères à soupe de crème fraiche
1 cuillère à café de cannelle
½ cuillère à café de muscade
½ cuillère à café de vanille
1 cuillère à café de miel
Glaçons

Préparation
Epluchez et évidez les pommes.
Coupez-les en quartiers. Faites-les revenir dans une poêle avec le beurre. Ajoutez la cassonnade et laissez caraméliser quelques minutes.
Mixez avec tous les ingrédients jusqu’à obtenir une texture bien lisse.

Testez et Envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Halloween….!!!

All Hallows Eve,  autrement dit « le soir de tous les saints », ou, plus communément, Halloween !
Nous connaissons tous cette fête de veille de la Toussaint qui consiste à se déguiser en d’horribles créatures et, pour les plus jeunes, à frapper aux portes afin d’obtenir quelques friandises.

Pour l’histoire avec un grand H, il est traditionnellement admis qu’Halloween à pour ancêtre une vieille fête Celtique, Samain. Elle consistait à célébrer la fin de l’été et le début des mois « sombres », c’est-à-dire l’hiver. Ce n’était plus l’été et pas encore l’hiver, une pause dans l’espace-temps, une faille où monde des esprits et des défunts côtoie celui des vivants !
Terrifiant, non ? pas de panique, une série de rites étaient pratiqués et destinés à apaiser les esprits les plus…soupe au lait.

A défaut de pouvoir l’éradiquer, la fête de Samain fut christianisée sous le nom de « soir de tous les Saints » et introduite sur le sol Américain via les Irlandais et les Écossais.

Celtique ou Romaine ?
Mais voilà, des spécialistes nous racontent une autre histoire sur l’origine d’Halloween.
Les Romains avaient, eux aussi, une fête et des rites contre les démons chafouins : les Lemuria. Elles se déroulaient au mois de Mai, pas très loin d’une autre fête d’importance Celtique : Beltaine, également au mois de Mai et où l’on risquait, là aussi, de rencontrer des êtres de l’Autre Monde. Et alors me direz-vous ?
Il semblerait, d’après les spécialistes, que la Toussaint ait été instaurée à l’origine au mois de Mai pour combattre cette vilaine et sombre fête païenne des Lemuria qui sévissait dans l’empire Romain et en particulier à Rome. Dans les territoires Celtiques, la Toussaint aurait du même coup christianisée Beltaine.
C’est vers 837 que le Pape Grégoire IV impose le 1er novembre comme fête de tous les Saints, christianisant au fil du temps la fête de Samain, faisant d’une pierre deux coups !
Alors, Halloween, Celtique ou Romaine ?

Telle une déesse sortie du fond des âges, sondant nos esprits apeurés de son regard de feu, elle nargue autant qu’elle effraie par ses nombreux mystères qui l’entourent…


Trop dur le navet !
C’est dans le navet que l’on taillait d’effrayants visages avant de choisir la citrouille, bien plus facile à sculpter.

Le diable ridiculisé !
La bougie illuminant l’intérieur de notre cucurbitacée vient de la légende irlandaise de Jack-o-Lantern. Un fieffé menteur, rusé, avare et bien porté sur la bouteille, qui réussit à berner par deux fois le diable lui-même. A sa mort, ni le paradis ni l’enfer n’en veut. Condamné à errer jusqu’à la fin des temps dans le noir absolu, il réussit néanmoins à obtenir une dernière faveur du diable, une braise ardente pour illuminer sa lanterne…

On se marre bien…
Soir chéri par tous les dentistes, Halloween n’a pas toujours fait les beaux jours des confiseurs. Durant le 19ème siècle, le soir d’Halloween était connut sous le nom de « Nuit des Portes » aux Etats-Unis à cause d’une pratique farceuse qui consistait à dégonder les portes des voisins, puis d’enfumer la maison d’un tel, cacher et déguiser la vache d’un autre…au fil du temps, ces farces sont devenues de moins en moins naïves et bon enfant et certains faits divers tragiques ont incités les autorités à encadrer ces festivités.

La pomme empoisonnée….
Aujourd’hui, nos bambins grimés en monstres, censés représenter les mauvais esprits d’antan, font du porte-à-porte pour remplir leur sac de bonbons sous l’œil alertes des parents. Nous avons tous entendus des cas d’empoisonnement, de lames de rasoirs dissimulées dans des fruits ou des confiseries par des fous psychopathes ! mais y’a-t-il un fond de vérité ou est-ce simplement une légende urbaine ? Un peu des deux…

En 1974 éclate une affaire sordide. Un enfant de huit ans meurt après avoir mangé un bonbon le soir d’Halloween. Très vite, les enquêteurs découvrent que le coupable n’est autre que le père de la victime. Ronald wayne o’bryan, plus connu sous le nom de « Candyman » ou « le tueur d’Halloween », a donné à son fils des bonbons en poudre contenant du cyanure pour toucher l’argent d’une assurance-vie, souscrite quelques temps auparavant. Pour masquer son crime, il a distribué d’autres bonbons empoisonnés à sa fille et d’autres enfants qui n’ont, heureusement, pas eu le temps de les manger. Ronald wayne o’bryan est reconnu coupable et meurt par injection létale en 1984.

Une autre affaire, rocambolesque celle-ci. Dans les années 80 au Japon, un mystérieux groupe dénommé « le monstre aux 21 visages », menace le plus gros confiseur du pays d’empoisonner ses produits s’il ne lui verse pas une rançon de plusieurs millions de dollars. On retire alors tous les produits suspects de la vente, ce qui créer la panique chez les consommateurs. Les produits sont sains. Deuxième menace, deuxième retrait des confiseries. Cette fois, on trouve du cyanure !
Ainsi, ces faits divers, rares, ont participé à la légende des bonbons empoisonnés.

Circuler la nuit d’Halloween présente bien plus de risques. Comme l’a bien compris la municipalité de Churchill, au Manitoba, une patrouille sécurise les rues de la ville le soir d’Halloween afin d’éviter les rencontres fortuites avec des ours polaires. Interdiction formelle de se déguiser en blanc, exit les fantômes !

Impossible de parler d’Halloween sans évoquer les clowns terrifiants !
A l’origine, gentiment drôle, parfois triste mais jamais méchant, le clown s’est transformé au fil du temps (des films ?) en être diabolique !
Son activité commence par des bouffonneries dans la Commedia Dell’arte, sous le personnage d’Arlequin. L’étymologie du nom d’Arlequin viendrait d’Hellequin, signifiant : « esprit malfaisant ».
C’est la « Mesnie Hellequin », la cohorte infernale qui, dans les croyances populaires du Moyen-âge, accompagne les sorties nocturnes du Diable en personne !!
Alors, notre clown farceur était-il destiné à hanter nos nuits d’horribles cauchemars ?

John wayne gacy, connut sous le pseudonyme du « clown tueur » à été inculpé de 33 meurtres dans les années 70. Un de ses passe-temps était d’animer des anniversaires, déguisé en clown. Mais c’est dans le couloir de la mort, dans l’attente de son exécution, qu’il entreprit de peindre des autoportraits sous les traits d’un clown. Il fut même représenté par un agent et ses toiles exposées dans des galeries. Le clown tueur était né. Pennywise allait suivre….et la coulrophobie* exploser.
*coulrophobie : la peur des clowns

Adoptez un chat…mais pas à Halloween !
Plusieurs refuges n’autorisent plus les adoptions de chats noirs 3 jours avant Halloween et 3 jours après. Même si aucun cas de maltraitance lié à la fête n’a été signalé, les refuges ont adoptés cette mesure de prévention pour le bien être des félins, juste au cas où…

L’armée Américaine nous protège !
Queuuuwaa ? ridicule ? Et bien non !
Le Pentagone a créé et rédigé un protocole de défense contre une invasion Zombie !!! Aussi surprenant et délirant que cela puisse paraître, le document dénommé CONPLAN 8888-1 à été élaboré par le Département Américain de la défense dans le but d’entrainer ses forces armées à lutter contre une pandémie qui nous transformerait tous en d’affreux cadavres ambulants et avides de chair humaine! Elle serait également prête contre une invasion visqueuse de zombies magiques ou extraterrestres…
En préambule il prévient : « attention, ce plan n’est pas du tout une plaisanterie… »
Un incident aurait donné l’idée à quelques officiers de rédiger des scénarios, innovants et ludiques pour leurs soldats afin de lutter contre des morts vivants et rétablir l’ordre public après une telle attaque.
En 2006, à Petaluma en Californie, des poulets euthanasiés au monoxydes de carbone ont « survécus » quelques minutes en se traînant sur le sol, escaladant les cadavres de leurs congénères.

Le plaisir d’Halloween
Comme vous le voyez, Halloween est une fête différente des autres. Elle aime faire parler d’elle. Est-ce parce qu’elle touche en nous quelque chose qui nous fascine et nous répulse : la peur ?
D’ ailleurs, pourquoi aimons-nous avoir peur ? y’a-t-il une réponse logique ?
D’ après les scientifiques, le mécanisme de la peur active une cascade de réactions chimiques et de libérations d’hormones ceci afin d’aider notre corps à lutter contre la menace, notre cerveau se met alors en mode « survie » . Face à un danger, réel ou fictif, notre corps va alors produire et libérer des endorphines, de la dopamine, de la sérotonine, de l’adrénaline…un cocktail détonant qui procure du plaisir lorsque l’individu subissant cette peur à conscient d’être en sécurité. Certaines personnes vont développer une dépendance plus ou moins importante à ce plaisir, soit au travers de films d’horreur, de romans ou d’histoires de fantômes racontées la nuit d’Halloween….

Alors faites-vous plaisir, faites-vous peur, mais n’oubliez pas que la magie d’Halloween ne marche que si l’on est en sécurité….

Sources :
https://www.iskullhalloween.com/mythsmonsters.html
https://churchillpolarbears.org/?s=halloween
https://www.history.com/news/a-brief-history-of-creepy-clowns
https://www.persee.fr/doc/bude_0004-5527_2006_num_1_1_2208
http://dagr.univ-tlse2.fr/consulter/1849/LARVAE/texte

Un autre moyen de se faire plaisir, c’est de manger. Régalez-vous avec une Tarte Crumble-Citrouille, nappage au sirop de Cidre !

Tarte Crumble-Citrouille, nappage au sirop de Cidre

Préparation : 35mn
Cuisson : 1h30

8 à 10 selon la gourmandise

Ingrédients – Pâte sucrée
250 gr de farine
100 gr de sucre
100 gr de beurre
2 œufs

Ingrédients  Garniture à la Citrouille 
300 gr de citrouille
50 gr de cassonade
2 œufs
20 gr de beurre
150 gr de crème fraiche épaisse
2 cuillères à café de cannelle
1 cuillères à café de gingembre
½ cuillère à café de muscade rapée
½ cuillère à café de clou de girofle moulu
½ d’extrait de Vanille
2 pincées de sel
Huile d’arachide

Ingrédients  Crumble
150 gr de farine
120 gr de beurre salé
120 gr de cassonnade

Ingrédients – Sirop de Cidre
50 cl de cidre
50 gr de sucre roux

Préparation Pâte sucrée
Dans un récipient, mélangez le beurre en pommade, le sucre et les œufs. Incorporez la farine. La pâte doit être bien homogène mais attention à ne pas trop la travailler. Filmez et laissez reposer au frais.

Préparation Garniture à la Citrouille
Détaillez la citrouille en gros quartiers, placez-les sur une plaque, badigeonnez-les d’huile et enfournez pour 25-30 mn. Vérifiez la cuisson à l’aide d’une pointe de couteau, la chair doit être fondante. Mixez la chair en purée bien lisse.
Dans un récipient, mélangez les œufs, la vanille, la cassonade avec un fouet. Incorporez le beurre préalablement fondu, la purée de Citrouille, la crème fraîche, les épices et le sel. Mélangez bien.

Préparation du Sirop de cidre
Dans une casserole, faites bouillir et laissez réduire le cidre avec le sucre environ 40 mn jusqu’à obtention d’un sirop. En refroidissant, il va épaissir.

Préparation Crumble
Dans un récipient, mélangez le sucre et la farine. Incorporez le beurre bien froid et malaxez du bout des doigts jusqu’à obtenir une pâte friable et grossière.

Montage de la tarte
Etalez la pâte sucrée au rouleau. Beurrez un moule à tarte et foncez-le avec la pâte. Garnissez avec la garniture à la citrouille et émiettez le crumble sur le dessus. Enfournez pour 35-40 mn.

Versez le sirop de cidre sur la tarte. Dégustez !

Testez et Envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Un chewing-gum en Automne…

Un après-midi dans les bois. C’est l’automne, la couleur des feuilles offre des nuances infinies de jaunes, oranges, rouges…Pendant votre promenade, vous mastiquez machinalement un chewing-gum à la Chlorophylle. Soudain, vous pensez à cet article et vous souriez.

Saviez-vous qu’il y a un lien entre votre gomme à mâcher et la couleur des feuilles des arbres ? Lequel ? La Chlorophylle !

Petite explication  :
La Chlorophylle est le principal pigment des végétaux qui capte l’énergie lumineuse pour la transformer en énergie chimique (photosynthèse). Cette énergie va permettre alors la fabrication de sucre, du glucose. C’est le carburant des cellules de l’arbre, qui servira ensuite à fabriquer du tissu organique (Ex: le bois).

Seulement la Chlorophylle n’absorbe pas la couleur verte du Spectre lumineux, peu énergisante comparée au bleu et rouge, elle l’a réfléchie comme un miroir. C’est donc la couleur verte que perçoivent nos yeux. Voilà pour ce qu’est la Chlorophylle.

A la veille des fraiches journées d’Automne, les arbres vont se préparer pour la « pause hivernale ». La Chlorophylle est alors « démontée » par des enzymes et « rangée » dans le tronc, les racines ou les branches pour être de nouveau assemblée au Printemps.

La Chlorophylle n’étant plus présente dans les feuilles, elle ne filtre plus la lumière. Plus de filtre, plus d’effet miroir de couleur verte. Elle laisse la place à d’autres pigments déjà présents mais non visibles jusqu’alors ; les Carotènes pour la couleur orange, les Xantophylles pour le jaune et les Anthocyanines pour le rouge-mauve. De leurs mélanges dépends toutes les nuances de couleur que l’on peut contempler à l’Automne.

Et le chewing-gum dans tout ça ?
La Chlorophylle n’ayant pas de goût, votre chewing-gum à la chlorophylle à le goût de tout…sauf de Chlorophylle ! Elle entre dans sa composition uniquement pour la couleur verte…

La Chlorophylle a une structure très proche de notre hémoglobine, c’est le « sang vert », souvenir d’une origine commune du monde végétale et animale.
Elle possède de ce fait de nombreuses vertus détoxifiantes pour l’organisme et agit comme un désodorisant interne contre la mauvaise haleine.
Attention à la cuisson car elle est fragile et ne supporte pas une grande chaleur. On la trouve en quantité dans les herbes aromatiques, les légumes verts…

Vous pouvez ainsi consommer de la Chlorophylle en salade, en jus, en smoothie…
En voici quelques recettes…
Salade de cresson aux champignons poêlés,
Crème d’épinards pour Apéro, et
Pina-colada végétale.


Salade de cresson aux champignons poêlés

Préparation : 10min
Cuisson : 10 min
4x

Ingrédients 

1 botte de cresson
200 gr de champignon de Paris
2 gousses d’ail
4 cuillères à soupe d’huile d’olive
2 cuillères à soupe de vinaigre Balsamique
Thym
Sel
Poivre

Préparation

Lavez et coupez les champignons en quartiers. Poêlez les champignons dans l’huile d’olive avec l’ail haché, le vinaigre Balsamique et le thym. Laissez refroidir quelques minutes, débarrassez dans un saladier avec le jus de cuisson et le cresson lavé. Mélangez, assaisonnez.

Pour plus de gourmandise, vous pouvez ajouter des pignons de pin ou des croutons à l’ail…

Crème d’épinard pour Apéro

Préparation : 5min
Cuisson : 10 min
6x

Ingrédients 

200 gr de pousses d’épinard
40 gr de parmesan râpé
100 ml d’huile d’olive
20 gr de noix
Quelques feuilles de Basilic frais
2 gousses d’ail
Jus d’1/2 citron
Sel
Poivre

Préparation

Allumez le four en position grill et placez-y les noix hachées sur une plaque. Une fois grillées, laissez refroidir. Dans un robot, mixez les épinards, le parmesan, l’ail, le basilic avec les noix et le jus de citron en incorporant progressivement l’huile d’olive jusqu’à l’obtention d’une crème. Débarrassez dans un petit récipient et assaisonnez.

Voici une recette simple et originale pour vos Apéros. Ce condiment est délicieux avec des toasts de fromage de chèvre au miel ou des roulés au poivron. Mais pour les gourmands, étalé simplement sur du bon pain fera l’affaire !

Pina-colada végétale

Préparation : 10min
2x

Ingrédients 

50 gr de pousses d’épinard
50 gr de cresson
30 cl de jus d’ananas
15 cl de lait de coco
1 cuillère à soupe de Miel

Préparation

Mettez tous les ingrédients dans un robot. Mixez, servez dans des verres préalablement refroidies au congélateur. Trinquez !

Vous pouvez adaptez les recettes selon vos envies, laissez libre court à votre créativité !

Testez et envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!


Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Thanksgiving

Célébrée le 4ème jeudi de Novembre, cette fête, typiquement Américaine plonge ses racines loin dans le passé.
En 1620 débarquent sur le rivage du Massachussetts près de Boston, les passagers du Mayflower qu’on nommera beaucoup plus tard « les Pères Pèlerins ». Ils y fondent une colonie, Plymouth.

Mais les débuts sont difficiles, et la jeune colonie perd la moitié de ses habitants la première année. L’hiver 1621 est rude en ce début d’année et les Colons ne devront leur survie qu’à l’intervention d’une tribu autochtone, les Pokanokets. Ces derniers leur fourniront de la nourriture alors que la jeune Plymouth souffre cruellement de la famine. Ils vont également apprendre aux colons à chasser, à pêcher et à cultiver le maïs.
Fort de cette aide salvatrice, la colonie peut fêter ses premières récoltes dès la fin de l’été 1621. A cette occasion, les habitants de Plymouth vont inviter et offrir un repas aux Pokanokets en guise de remerciement. La colonie de Plymouth va alors pouvoir prospérer.
C’est ce que les américains d’aujourd’hui célèbrent en fêtant Thanksgiving.

De l’autre coté de la frontière, au Canada, on fête également Thanksgiving ( Action de Grâce pour les Francophones ). Mais l’histoire et la date est différente. Suivant une tradition millénaire des sociétés agricoles européennes, les premiers colons Canadiens ont apportés avec eux leurs coutumes, officialisées par une proclamation du Parlement Canadien en 1957 en «  créant une journée pour rendre grâce au Dieu Tout-Puissant des récoltes abondantes dont jouit le Canada ». Elle sera fixée au 2ème lundi d’octobre.

Ainsi, l’origine profonde de Thanksgiving en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde remonte à la découverte de l’agriculture au Néolithique où l’on personnifia et divinisa l’acte de récolte et d’abondance.
En Europe, d’abord païenne, elle deviendra Chrétienne par syncrétisme. On retrouve nombre de ces fêtes partout dans le monde.
En Angleterre, on célèbre la fin des moissons au festival Harvest. Dans la Rome antique, les Cerealia honoraient Cérès, déesse de l’agriculture et des moissons, souvenir de la Démeter grecque. Dans l’Egypte pharaonique c’est la fête de Min…
Au Japon, on rend grâce pour les premières récoltes, c’est Niiname-Sai.
En France, la traditionnelle fête des moissons à laisser place à quelques foires et démonstrations de machines agricoles.

Le repas traditionnel de Thanksgiving est bien sûr la célèbre dinde accompagnée d’une purée de pomme de terre ou de patate douce suivit d’une tarte à la citrouille.

Voici la recette de la farce pour vos volailles pour un repas convivial.

Farce traditionnelle « Thanksgiving »

Préparation : 30mn
6x

Ingrédients 

300gr de chair à saucisse
60gr de lardons ou bacon
2 branches de céleri
1 gros oignon1 pomme
1 /2 pain rassis ou baguette
10cl de bouillon de volaille
10cl de Cognac
1 gousse d’ail
Thym, romarin, sauge
Sel, poivre
Huile d’olive

Préparation

Coupez en dés le céleri, l’oignon et la pomme.
Faites suer dans une poêle le céleri, l’oignon et les lardons avec un peu d’huile d’olive.
Débarrassez dans un récipient suffisamment grand.
Faites revenir la chair à saucisse jusqu’à légère coloration.
Débarrassez avec la préparation précédente.
Détaillez le pain en croutons et faites griller à la poêle avec un peu d’huile d’olive et l’ail haché.
Débarrassez dans le récipient avec les autres préparations.
Ajoutez la pomme et les herbes.
Mouillez avec le bouillon et le Cognac.
Salez, poivrez.
Farcir la volaille de votre choix, temps de cuisson en fonction du poids de la volaille.
Adaptez les quantités en fonction de la volaille cuisinée.

Testez et envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!


Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Douceur de Glace !

Une légende dit qu’au 17ème siècle en Autriche, un vigneron, surpris par le gel précoce, vendangea et pressa des raisins encore gelés. Contre toute attente, le résultat fut surprenant. Le Vin de Glace était né !

Trois cent ans plus tard, l’aventure continue…dans la rigueur hivernale du Québec. Cette fois le fruit récolté n’est pas le raisin, mais la pomme.
C’est dans les années 1990 qu’un viticulteur de Dunham, dans les Cantons de l’Est, crée la recette du Cidre de Glace en s’inspirant du Vin de Glace. La région, connue pour être le « jardin du Québec », riche en vignobles et vergers, est l’endroit idéal pour l’association de la technique du Vin de Glace avec la pomme.
La méthode de fabrication du Cidre de Glace utilise deux procédés. 95% de la production se fait par Cryoconcentration.

Explications : Différentes variétées de pommes sont récoltées en Automne où elles sont stockées jusqu’en hiver. Elles sont ensuite pressées pour en récolter le jus. Le moût ainsi obtenu est placé dans des cuves à l’extérieur, soumis aux grands froids de l’hiver. Les températures négatives vont petit à petit aider à la concentration du sucre, lequel va se séparer de l’eau gelée. Le jus très sucré ainsi obtenu sera mis en fermentation pendant plusieurs mois.
La deuxième méthode, plus délicate à mettre en œuvre,consiste à récolter les pommes tard en hiver. La concentration des sucres se fait donc directement dans le fruit gelé sur l’arbre. C’est la Cryoextraction. Malgré sa jeunesse, le Cidre de Glace conquiert et charme par sa fraicheur sucrée aux notes de pommes et de poires. Assuré d’un bel avenir international.

Le Cidre de Glace peut être savoureusement utilisé dans la cuisine, sucrée, ou salée…

Beurre de cidre de glace 

Préparation : 10mn

Ingrédients 

25 cl de cidre de glace
125 ml de beurre non salé
125 ml de crème fraiche
1 cuillère à soupe de Calvados
1 cuillère à soupe de sucre

Préparation

Dans une casserole, mettre le cidre avec le calvados et le sucre et faire réduire de moitié sur feu moyen. Puis hors du feu, incorporez le beurre froid et la crème jusqu’à ce que le beurre soit complètement fondu. Bien mélanger.
Délicieux sur des crêpes ou des pommes au four.


Soupe à l’oignon au Cidre de Glace 

Préparation : 10mn
Cuisson : 40 minutes
4x

Ingrédients 

4 oignons
10 cl de Cidre de Glace
1 litre de bouillon de volaille ou de bœuf
2 cuillères à soupe de farine
50 g de beurre
Croutons
Gruyère

Préparation

Épluchez et émincez les oignons.
Dans une casserole assez large ou un faitout, faites fondre le beurre et laissez-y blondir les oignons. Ils doivent prendre de la coloration sans brûler.
Saupoudrez et enrobez bien les oignons avec la farine.
Déglacez avec le Cidre de Glace, puis ajoutez le bouillon.
Laissez cuire 30 minutes à feu moyen. Servez dans des bols avec des croutons parsemé de gruyère râpé dans la soupe bien chaude.
Réconfortant…

Testez et envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Beaconsfield, Beaconsfield…

Quésaco ?
Voici deux villes, un même nom, distantes de 5000 km ! Beaconsfield, située à l’extremité Sud-Ouest de l’île de Montréal au Québec, au bord du Lac Saint-Louis, tire son nom d’un hommage rendu à Benjamin Disraeli, 1er comte de Beaconsfield et premier ministre de la reine Victoria au 19ème siècle, Buckinghamshire, Angleterre.
Beaconsfield, Québec ; c’est un certain j-h Menzies, grand admirateur de Disraeli qui donne le nom de celui-ci à une propriété qu’il achète au bord du Lac Saint-Louis. Lorsque la communauté semi-rurale, composée principalement de chalets d’été se constitue en ville en 1910, elle retient le nom donné par Menzies, Beaconsfield.
Beaconsfield, Angleterre ; la 1ère preuve écrite de l’existence de Beaconsfield date de 1184. L’étymologie du nom de Beaconsfield n’est pas ce qu’elle semble être. Beacon : balise, phare et Field : champ, clairière. Historiquement donc, un champ où l’on mettait le feu à une construction de bois pour signaler l’approche d’un danger.
Mais les premières mentions du village s’écrivent « Bekenesfield ».   « Bece » ou « Beke » étant l’ancien nom d’origine saxonne désignant l’Hêtre.La nouvelle signification semblerait être « la clairière au milieu des Hêtres », et expliquerait pourquoi la ville à adoptée l’arbre comme emblème !

Sources :
https://www.beaconsfieldtowncouncil.gov.uk/beaconsfield/about-the-town/
https://www.beaconsfieldhistory.org.uk/content/beaconsfield-history/articles/beaconsfield-whats-in-a-name
https://www.beaconsfield.ca/fr/notre-ville/portrait-et-histoire
https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/beaconsfiel

Une recette authentique, locale et traditionnelle du Buckinghamshire du 19ème siècle.

Bacon Dumpling

Préparation : 20mn
Cuisson : 2h30mn

4x

Ingrédients 
500 gr de farine
200 gr de saindoux
3 cuillères à soupe d’eau
12 tranches de bacon sans couenne
2 oignons
2 pommes de terre
Sauge
Sel de mer, poivre

Préparation

Préparez une pâte avec la farine, le saindoux, une pincée de sel et l’eau. Pétrissez jusqu’à obtention d’une pâte ferme et lisse. Rectifiez les proportions d’eau et /ou de farine si besoin.
Etalez cette pâte en un rectangle de 3cm d’épaisseur.
Coupez le bacon en petits cubes et étalez sur votre pâte avec les oignons hachés et les pommes de terre épluchées et rapées.
Assaisonnez de Sauge, de sel et de poivre.Humidifiez les contours de la pâte et roulez-la sur elle-même, de façon à obtenir un boudin. Scellez les extrémités.
Enroulez votre préparation dans du film cuisson, sac cuisson ou du papier sulfurisé, bien fixé aux extrémités.Faire cuire à la vapeur pendant 2h 30.
Déballez et coupez de bonnes tranches. Délicieux en apéritif !

Source :
https://oakden.co.uk/buckinghamshire-regional-recipes/

Testez et envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Le précurseur des voyages !

Thomas Cook est né en 1808 en Angleterre. C’est en 1841 qu’il organise son premier voyage. Ce menuisier de métier va alors se découvrir une âme d’entrepreneur innovant en créant la première société de voyage au monde !
Ainsi :
En 1855, il crée le premier circuit touristique à travers l’Europe,
En 1866, 1er voyage organisé en Amérique,
En 1869, 1ère croisière sur le Nil à bord d’un bateau à vapeur,
En 1872, organisation du 1er tour du monde touristique qui durera 222 jours. Au même moment, Jules Verne publie en France son tour du monde en 80 jours.
En 1874, il crée l’ancêtres des chèques vacances,
En 1879, il diffuse le 1er catalogue de voyage au monde.
Thomas Cook meurt en 1892 à l’âge de 83 ans. En 1900, l’entreprise est leader mondiale dans l’industrie du voyage.
En 1896, la société Thomas Cook est nommée agent officiel pour les 1er jeux Olympiques modernes à Athènes.L’entreprise inaugure également le premier voyage trans-Afrique, du Caire au Cap pour une durée de 5 mois dont 1 mois de safari.
C’est l’agence Thomas Cook qui, en 1912, vend les billets pour la traversée de l’Atlantique sur le paquebot Titanic !
Finalement, en 1928, la société est vendue à son concurrent direct, la Compagnie des Wagons-Lits, créateurs entre autres du fameux Orient-Express, voie ferroviaire reliant Paris, Vienne et Constantinople.

C’est la Belle Epoque, le luxe, les innovations. Les deux recettes proposées sont typiques et emblématiques de la gastronomie internationale du début du XXème siècle. Suivez-moi pour l’élaboration du consommé de bœuf (un potage clarifié), et un sorbet au Champagne. Deux recettes qui représentent toute la richesse, l’insouciance et le raffinement d’une époque révolue…

En cuisine…

Le Consommé de Bœuf

Préparation : 10min
Cuisson : 1h

4x

Ingrédients 
1 litre de bouillon de bœuf
150 gr de viande de bœuf haché
1 blanc de poireaux1 tige de céleri
2 carottes
1 échalotte
2 gousses d’ail
Sel, poivre

Préparation

Épluchez et émincez finement les légumes.
Hachez l’échalotte et les gousses d’ail.Ajoutez le blanc d’œuf à la viande hachée.
Mélangez la viande avec les légumes avec un peu d’eau bien froide. Mettre dans un faitout.Y ajouter le bouillon.
Mettre sur feu doux, mélangez régulièrement pendant 1h.
Une coagulation se forme sur le dessus du bouillon et un « cratère » va apparaître au milieu. Le bouillon devient de plus en plus limpide.
Cessez de mélanger pour ne pas perturber la clarification.
Passez délicatement une louche au milieu du « cratère » pour récupérer le bouillon clarifié.
Procédez délicatement afin de ne pas réintégrer des éléments coagulés dans le bouillon . Passez le bouillon à l’étamine.
Consommez tel quel ou servez vous-en comme base de recette (consommé  aux morilles, saint-jacques, persil…)

Sorbet au Champagne

Préparation : 15min
Cuisson : 2h

4x

Ingrédients
½ bouteille de Champagne
15 cl d’eau
150 gr de sucre semoule
1 orange non traitée

Pour la meringue :
1 blanc d’œuf
40 gr de sucre semoule
40 gr de sucre glace

Préparation

Dans une casserole, préparez un sirop avec 15 cl d’eau et 150 gr de sucre. Incorporez le zeste d’une orange et mettez à ébullition. Retirez les zestes, laissez refroidir et ajoutez le jus de l’orange avec la demi-bouteille de Champagne. Mettre au congélateur.
Pendant ce temps, préparez la meringue. Montez les blancs fermes. Incorporez le sucre semoule et glace lorsque les blancs commencent à mousser et à doubler de volume.Mélangez l’appareil glacé et incorporez la meringue.
Remettez au congélateur.

A déguster demi-pris.

Testez et envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Bon anniversaire «The Boss» !

Bruce Frederick Joseph Springsteen, autrement dit Bruce Springsteen, né le 23 septembre 1949, est un chanteur, auteur-compositeur américain depuis 1972.



Quelques chiffres :
64 millions d’albums vendus aux USA
130 millions d’albums vendus à travers le monde
19 albums studios
5 albums live
10 compilations
68 singles
888 chansons
23 tournées
2689 concerts dans 421 villes à travers 34 pays !

D’après un classement établi par le magazine « Rolling Stone » publié en 2010, Bruce Springsteen arrive à la 23ème place des plus grands artistes de tous les temps, juste après le groupe « U2 ».
Il se classe également à la 36ème place des plus grands chanteurs, et 96ème meilleur guitariste de tous les temps !
Le nom Springsteen est d’origine Néerlandais. Il signifie « pierre à sauter », et désignait autrefois une pierre utilisée comme marche pieds dans les rues non pavées.
Les Springsteen descendent des premières familles néerlandaises installées dans la colonie de Nouvelle-Néerlande (USA) au 17ème siècle.

Sources :
https://www.mybosstime.com/statistics.php
https://www.rollingstone.com/music/music-lists/100-greatest-artists-147446/bruce-springsteen-10-92264/
http://stones-stories.over-blog.com/2016/02/bruce-springsteen.html
https://www.rollingstone.com/music/music-lists/100-greatest-guitarists-153675/bruce-springsteen-7-40233/

Et à l’occasion de son 70ème anniversaire nous avons voulu lui rendre hommage par une recette sucrée, simple, gourmande, généreuse et épicée, bref, une recette Rock’n Roll !!!

Mousse au raisin noir épicé,
Biscuit chocolat – piment d’Espelette, Bourbon

Préparation : 30mn
Cuisson : 15mn

12x

Ingrédients 

Pour la mousse au raisin 
30 cl de jus de raisin frais ( de préférence du Muscat noir )
80 gr de sucre cristal
8 gr de gélatine ( 4 feuilles ) ou 1 cuillère à café d’Agar-agar
30 cl de crème liquide
1 batonnet de cannelle
1 étoile de Badiane
2 clous de Girofle

Pour la Joconde chocolat 
4 œufs
70 gr de sucre glace
70 gr de poudre d’amande
20 gr de beurre fondu
20 gr de farine
10 gr de cacao en poudre
2 blanc d’œuf
10 gr de sucre semoule
1 pointes de couteau de piment de Cayenne déshydraté

Pour le sirop 
20 cl d’eau
110 gr de sucre
4 cl de Bourbon

Préparation

Préparez le biscuit Joconde
Préchauffez votre four à 180°c.
Dans un récipient, faire blanchir les œufs au fouet. Ajoutez le sucre glace et la poudre d’amande, mélangez bien puis incorporez le beurre fondu.
Mélangez la farine, le cacao et le piment d’Espelette et ajoutez à la préparation.
Montez vos blancs en neige avec le sucre semoule.
Incorporez les blancs à la préparation chocolat en mélangeant délicatement.
Dressez le biscuit sur une feuille de papier cuisson et enfournez pour 10-12 minutes.

Préparez le sirop 
Dans une casserole, mettez à ébullition l’eau et le sucre jusqu’à dissolution du sucre. Laissez tiédir puis incorporez l’alcool.

Préparation de la mousse de fruit 
Mettre la gélatine dans un récipient d’eau froide pendant 10 minutes environ. Prélevez la moitié du jus de raisin dans une casserole avec la Cannelle, la Badiane et les Clous de Girofles et chauffez jusqu’à frémissement, ne pas aller jusqu’à l’ébullition.
Eteindre et laissez infuser à couvert quelques minutes puis retirez les épices. Essorez la gélatine et incorporez au jus encore tiède et mélangez jusqu’à sa dissolution.
Incorporez au reste du jus froid.
Montez la crème liquide ferme puis ajoutez le sucre.
Mélangez doucement la chantilly au jus de raisin. Vous devez obtenir une mousse crémeuse

Le montage 
Détaillez votre biscuit de la forme de votre cercle ou cadre à pâtisserie. Imbibez le biscuit généreusement de sirop. Chemisez et garnissez votre moule avec la mousse au fruit. Lissez le surplus. Mettre au réfrigérateur au moins 2h.

Décorez, servez

Testez et envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Incroyable remontada !

C’est au cours du match contre les Blue Bombers de Winnipeg qui s’est déroulé le 21 septembre 2019 au stade Percival Molson à Montréal que l’équipe de Football Américain des Alouettes de Montréal à réussie la plus belle remontée de points de son histoire. Imaginez… au dernier Quart-temps, les Alouettes avaient un déficit de 20 points.

Peine perdue pour certains, sûr que le match détenait son vainqueur. Poussé par une foule en délire, trois « Touchdowns » , dont le dernier à 11 secondes de la fin ont permis aux Alouettes de l’emporter de justesse à 38 contre 37 sur leurs adversaires du jour !

Sources :
https://www.rds.ca/football/alouettes/lcf-les-alouettes-comblent-un-deficit-de-24-points-et-defont-les-blue-bombers-38-37-1.6941282

En termes culinaires, nous aurions pu jouer le gros cliché et proposer une recette revisitée du Hot-dog frites ou autre Fat food ; mais nous avons trouvez plus sympa de marié une spécialité des deux provinces qui se sont affrontés sur le terrain. Pour Montréal et le Quebec, le plat emblématique est la Tourtière. Et pour Winnipeg et le Manitoba, connut comme étant la province aux « cent dix milles lacs » le poisson est naturellement le produit idéal pour cette recette. Traditionnellement, la Tourtière Québecoise est faite avec de la viande, mais nous avons mixé les deux spécialités pour en faire une Tourte au poisson. L’ajout de crevette prononce le côté aquatique de la recette, et nous utilisons de la bière artisanale en référence aux multiples micro-brasseries du Québec, bien sûr vous pouvez la remplacer par du cidre fermier ou un bon vin blanc !  Vous pouvez également rajoutez des légumes (poireaux, céleri, carottes,…), bref, comme d‘habitude, laissez libre cours à votre imagination. En cuisine pour la 3ème mi-temps…

Tourte au poisson

Préparation : 30mn
Cuisson : 50mn

6

Ingrédients 
800g de poisson (blanc ou saumon)
200g de crevettes décortiquées
2 cuillères à café de fumet de poisson ( facultatif )
250g de champignons blancs
1 oignon
1 gousse d’ail
Bouquet garni
25 cl de bière artisanale ( blanche ou ambrée )
200g de crème fraiche
2 œufs + 1 jaune
Huile d’olive
Sel, poivre
2 pâtes feuillettées

Préparation

Émincez l’oignon. Lavez et émincé les champignons. Hachez l’ail.
Dans une cocotte, faites revenir l’ail, l’oignon et les champignons. Faites suer légèrement, retirez le surplus de liquide si besoin, puis mouillez avec la bière. Salez, poivrez. Ajoutez le bouquet garni, couvrez et laissez mijoter 20 minutes à feu doux. Pendant ce temps, pochez votre poisson dans de l’eau frémissante. Vous pouvez aromatiser votre eau de cuisson avec des herbes. Le poisson doit être cuit mais encore ferme.
Découvrez votre cocotte, retirez le bouquet garni et rajoutez les crevettes. Laissez bien évaporer le jus pour que les arômes soient concentrés, attention à ne pas brûler le fond de votre préparation. Vous pouvez rajoutez le fumet de poisson si vous en avez. Mélangez les œufs entiers avec la crème fraiche et versez dans la cocotte. Rectifiez l’assaisonnement. Laissez refroidir.
Préchauffez votre four à 190°c.
Foncer votre moule à tourte avec une abaisse de pâte. Versez votre préparation dans le moule, puis recouvrez avec la deuxième abaisse. Scellez les deux pâtes entre elles et badigeonnez la pâte du dessus au jaune d’œuf légèrement dilué avec du lait de façon à ne pas colorer la pâte trop vite. Faites un trou sur le dessus en forme de cheminée. Enfournez pour 45-50 mn.

Testez et Envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux